Je suis en train de lire le livre « Mind Your Life » de Meg Salter (qui est coach intégral, tout comme moi). Je vous conseille ce livre, il est bien écrit, et se lit facilement. Meg, dans son livre, donne plusieurs pratiques aidant à cultiver son attention. J’ai envie de vous faire part d’une de ces pratiques ici.

 

Pour moins souffrir, il est important de savoir où se porte notre attention, de cultiver son attention, ou de faire attention à son attention.

Mais comment apprendre à faire attention à son attention ? et pourquoi le faire ?

Je vais commencer par le pourquoi. En étant plus attentif à notre attention, on est plus à même d’être en lien avec notre expérience sensorielle (visuelle, auditive, somatique). C’est intéressant, parce que souvent la souffrance vient de notre résistance à la douleur, on pourrait traduire via la formule mathématique :

Souffrance = Résistance x Douleur.

En apprenant à faire attention à son attention, on est donc plus à même de ressentir notre douleur, et donc paradoxalement de moins souffrir.

Pour cultiver cette méta-attention, je vous invite à prendre un temps au calme, et seul(e).
Prenez une posture où votre dos sera droit et sans appui, les mains sur les cuisses, les pieds à plat sur le sol.

1. Laissez votre attention se focaliser sur n’importe quelles sensations de votre expérience, ça peut être en
lien avec votre vision, votre audition, ou votre ressenti somatique.
2. Commencez par remarquer, et par « noter » (dans votre tête) chaque expérience de vos sens. Puis
pour un bref instant, focalisez vous sur la sensation.
3. Si vous le souhaitez, utilisez un mot pour nommer votre expérience : Voir, Ecouter, Ressentir.
4. Si votre expérience sensorielle est soudainement arrêtée, et que vous le remarquez, vous pouvez utiliser le
mot « parti » pour « noter » cela (dans votre tête).
5. Répétez ce processus, pendant environ 3 à 5 minutes.

Variantes : Vous pourriez vouloir faire cette pratique en vous focalisant uniquement sur un sens, et sur un
mot :
– Sens en lien avec le ressenti corporel : Ressentir (ce que vous ressentez physiquement ou
émotionnellement)
– Sens en lien avec les sons : Ecouter (ce que vous entendez en vrai, ou dans votre tête)
– Sens en lien avec la vision : voir (ce que vous voyez avec les yeux ouverts, ou fermés)

NB : Durant cette pratique, par moment, vous allez vous observer en train de penser. C’est tout à fait normal.
Lorsque ça se produit, notez le, et revenez à la pratique d’observer vos sensations.
C’est cette observation (et le fait de revenir à la pratique) qui cultive votre attention.

 

Besoin d’aide ? prenez un coach

J’espère que, grâce à cet article, vous avez trouvé certaines pistes intéressantes pour apprendre à cultiver votre attention.
Cependant, je souhaite attirer votre attention sur le fait qu’il ne suffit pas de savoir ce qu’il faudrait faire pour changer de façon durable.

En effet, pour changer, il faut créer de nouveaux comportements.
Et pour créer de nouveaux comportements, il est utile, voir indispensable, de travailler sur nos propres croyances limitantes afin de les dépasser.

Changer seul(e) n’est pas facile, car on ne voit pas ses propres croyances limitantes.
C’est pourquoi, il plus facile de changer en se faisant accompagner par un coach.

Je serai heureux de pouvoir vous accompagner vers une meilleure gestion de votre temps.

A travers un programme de coaching intégral®, vous serez plus à même de découvrir et de dépasser les croyances limitantes de votre façon d’être actuelle, tout en construisant les muscles (=nouveaux comportements) de votre nouvelle façon d’être.

Si ça vous intéresse, n’hésitez pas à travailler avec moi pour suivre un programme de coaching intégral®.

 

Auteur : Kévin Solinski – Date : 13 novembre 2017

Cultiver son attention

Vous pourrez aussi aimer